Afritac ouest

Au terme de la mission d’assistance technique en Finances Publiques (Afritac de l’Ouest)  sur la réforme de la comptabilité de l’Etat,  une séance de restitution a eu lieu dans la matinée du 07 juillet 2017 à la Cellule Technique de Suivi des Programmes (CTSP)

 

Sous la présidence du Secrétaire Exécutif de la CTSP, cette réunion de restitution a connu la présence des Directeurs Nationaux du Trésor, des Impôts, du Budget, du Contrôle Financier, de la Comptabilité Matières ou leurs représentants ainsi que les Chefs des postes comptables concernés par la réforme.

Introduit par le Président de la séance, le Chef de la mission a restitué les travaux en quatre (5) points :

1-      Rappel des objectifs et des résultats attendus de la mission ;

2-      Les atouts de la comptabilité publique guinéenne ;

3-      Les faiblesses ;

4-      Conclusions et recommandations ;

5-      Produits.

Au point 1, il a été rappelé que les objectifs de la mission consistaient à poser le diagnostic du système comptable guinéen, faire l’état des lieux du réseau des comptables et le niveau de rattachement des comptables secondaires à leur comptables supérieurs respectifs etc.

Quant aux résultats attendus, il s’agissait de présenter un état des lieux exhaustif en faisant ressortir les atouts et les faiblesses suivis des recommandations.

Au point 2, les atouts de la comptabilité publique guinéenne  ont été ressortis en deux points :

-          Premièrement, c’est l’existence d’un cadre légal et règlementaire de la comptabilité publique notamment la LOLF et le RGGBCP ainsi que  certains de leurs textes d’application que sont le Plan et les normes comptables.

-          Deuxièmement, c’est le nombre élevé des comptables principaux de l’Etat qui dénote la volonté de l’Etat guinéen de décentraliser les missions et les responsabilités des comptables publics.

Au point 3, les faiblesses qui sont spécifiquement d’ordre opérationnel ont été listées comme suit :

-          L’insuffisance de l’application de la règlementation au niveau du réseau des comptables publics notamment sur les dispositions relatives à la prise de service devant être précédée de la prestation de serment et du dépôt de caution ;

-          La non reconnaissance du rôle de règlementation de la comptabilité publique et d’animation du réseau dévolu à la Direction Nationale du Trésor et de la Comptabilité publique (DNTCP)

-          L’absence des véritables postes comptables au niveau des chancelleries et ambassades accréditées à l’étranger ;

-          L’inexistence de référentiels et de manuels de procédures comptables ;

-          Lourdeur des procédures de liaisons comptables entre les postes ;

-          Le non-respect de la procédure règlementaire dans le versement des recettes non fiscales ;

-          Inexistence d’un logiciel comptable intégré ;

-          Multiplicité des comptes dans les livres de la BCRG et les banques primaires ;

-          Retard d’exécution des ordres de virement à la banque centrale aussi bien en encaissement qu’en décaissement.

Au point 4, la mission a formulé les recommandations ci-après :

-          Faire valider le projet d’arrêté portant réorganisation du réseau des comptables publics ;

-          Créer un poste comptable spécial  près du Ministère des Affaires étrangères pour la prise en charge des opérations exécutées au niveau des ambassades et Chancellerie ;

-          Achever la mise en œuvre de la règlementation au niveau des postes comptables des administrations financières (RSI, RSD) en vue de mettre les comptables publics concernés dans leur plénitude de compétence ;

-          Développement d’un manuel de procédures exhaustives et complètes ;

-          Doter le Trésor d’un logiciel de comptabilité avec comme cahier de charges le manuel de procédures disponible;

-          Améliorer le système de gestion des impôts partagés ;

-          Renforcer les capacités des acteurs de la comptabilité publique par la formation en comptabilité.

Au point de 5, la mission a produit :

-          La version améliorée du manuel de procédures comptables d’exécution des recettes non fiscales ;

-          La note technique sur le contenu de la comptabilité matière.

Avant de lever la séance à 12h, le Secrétaire Exécutif de la CTSP a noté le caractère objectif et pertinent des conclusions de la mission et a invité tous les  acteurs de la chaîne d’exécution budgétaire et de la comptabilité publique de s’investir dans l’appropriation du contenu du cadre légal de la gestion des finances publiques (La Lolf, le RGGBCP etc).